Le potager scolaire : s’alimenter sainement, tout en apprenant !

Le projet « Apprenons dans notre potager ! » vise à créer des potagers agroécologiques dans des  écoles primaires de la zone andine de la région d’Ancash au Pérou.

Grâce à ce potager, les élèves de ces écoles ainsi que leur famille pourront acquérir des habitudes positives en termes de :

  • Alimentation saine
  • Hygiène
  • Protection de l’environnement
  • Valorisation de la production agroécologique
  • Gestion durable des ressources naturelles.

« … nous savions cuisiner mais ne savions pas combiner les aliments. Avec le projet nous apprenons à faire ça mieux, mais avec les mêmes produits. C’est important et ça plait aux enfants. » (Seferina Ardiles, Association de PAE de Jauna)

Ce projet implique également les mères de famille, qui cuisinent les légumes produits et les distribuent aux élèves lors des repas scolaires. Une partie des légumes est également donnée aux familles afin qu’elles puissent les cuisiner lors du repas du soir, assurant à tous les membres du foyer une alimentation équilibrée. Grâce à ce projet, les mères de familles sont responsabilisées par rapport à l’alimentation saine et la prise de décision, et gagnent en confiance en elles et en considération.

Mais les bénéfices du projet ne s’arrêtent pas là ! Le potager est en effet un excellent outil d’apprentissage pour les mathématiques (calculer le nombre de semences sur une surface, la distance entre deux plantes,…), les sciences (étude de l’eau et de la terre,…), ou encore l’espagnol (lecture de textes en lien avec la conservation de l’environnement, rédaction de poèmes,…). Il permet donc aux enfants de mettre leurs savoirs en pratique, tout en apprenant à protéger l’environnement et les ressources naturelles, à s’alimenter sainement, à acquérir les bonnes règles d’hygiène et à mener un projet ensemble, dans le respect de chacun.

La meilleure expérience que j’ai vécue avec les élèves, c’est quand nous avons fait la récolte de bettes. Beaucoup d’enfants ne connaissaient pas cette variété de légume. Nous avons analysé en classe sa valeur nutritionnelle, les enfants ont ramené les bettes à leur maison et chacun d’eux a expérimenté un plat. Sur base de cela, chaque élève a écrit un texte instructif et a raconté en classe ce qu’il avait cuisiné. A partir de cette activité, ils ont commencé à apprécier la bette et ils demandent à leurs parents d’en consommer plus souvent. » (Institutrice du Collège Nuestra Señora de la Medalla Milagrosa, Aija)

Le projet vise également une égalité des genres :

  • En permettant aux filles et garçons de réaliser les mêmes tâches dans le potager.
  • En offrant aux filles une formation agricole.
  • En favorisant l’interaction des tâches au sein de la famille, en permettant par exemple aux mères de cultiver la terre et aux pères de cuisiner les légumes cultivés.

Les légumes se consomment pour compléter l’alimentation des élèves. Le potager offre un complément que nous ajoutons à leur nourriture. La nutritionniste nous a enseigné de manière très didactique comment préparer à manger, elle a apporté des recettes, et les mères de famille ont participé. Tout ce que nous avons produit, c’est pour le consommer à l’école. Surtout, les enfants de cinq à six ans ont appris à arroser (avec le soutien de l’un des promoteurs de Pamparomás). » (Enseignant de Pampap)

Le projet se déroule en outre en collaboration avec une vingtaine de promotrices en alimentation saine. Ces personnes, choisies et reconnues par leur communauté, réalisent bénévolement des actions visant à promouvoir la santé et la prévention des maladies. Elles travaillent en coordination avec le personnel de santé et d’autres institutions locales et régionales. Concrètement, les promotrices accompagnent les familles en partageant leurs connaissances et en les conseillant en termes de recettes équilibrées et de règles d’hygiène.