Communautés d'apprentissage et de pratiques

En tant que professionnel·les du développement, chacun·e de nous est confronté∙e à des difficultés, a vécu des expériences uniques, est motivé∙e par des objectifs. Bien que travaillant dans des contextes différents, nous partageons des points communs. Par exemple, nous nous posons tou·tes à un moment ou l’autre des questions plus génériques telles que « comment (mieux) impliquer les parties prenantes ? », ou encore « comment favoriser la diffusion de telle ou telle pratique ? ».

Une Communauté d’Apprentissage et de Pratiques (CAP) permet, au cours de séances de rencontres virtuelles et/ou présentielles, de partager ces points communs et de s’appuyer les un∙e∙s sur les autres pour améliorer ses pratiques.

Idéalement composée d’une dizaine de personnes, la communauté se réunit régulièrement, partage des expériences autour d’une question, en tire des apprentissages, a l’occasion de tester des outils d’intelligence collective (par exemple de co-développement, de brainstorming…), d’approfondir certains concepts, de tester des approches et d’en discuter dans un environnement sécurisé.

Une CAP accorde de la valeur aux savoir-être et savoir-faire. Elle permet de tirer des leçons des pratiques, tout en suscitant des remises en question. 

Car une CAP est aussi un dispositif d’apprentissage qui convient tout particulièrement aux adultes, engagés dans le monde professionnel. A ce titre, elle demande d’être préparée en amont et animée par un·e facilitateur·trice. Car pour permettre de nouveaux apprentissages, des moments de déstabilisation, d’analyse, de critique, de mise en doute des pratiques doivent être proposés. C’est alors que l’innovation, la réorientation des pratiques peut s’envisager.

Une CAP réussie est celle qui permettra à chaque individu la composant, de stimuler sa réflexion, de réfléchir sur des cas, de partager et échanger avec d’autres, mais aussi de confronter les points de vue, de rechercher des solutions ensemble, de créer un réseau de partage, de contribuer à une connaissance partagée en dehors de la CAP, de produire de  nouvelles connaissances….

Bref le travail d’une CAP doit non seulement bénéficier aux individus et au groupe, mais aussi présenter une plus-value pour l’organisation et au-delà.

Pour la réussir, la communauté doit être vécue comme un endroit sûr où chacun∙e peut donner son avis, poser des questions parfois plus sensibles ou parler des problèmes, des erreurs, toute aussi riches d’apprentissage. L’installation de cette confiance est l’un des défis du facilitateur ou de la facilitatrice.

Retrouvez une présentation des communautés d’apprentissage et de pratiques en vidéo

Découvrez le compte-rendu du séminaire d’apprentissage collectif organisé à Thiès (Sénégal) en juillet 2023, qui a rassemblé les Communautés d’apprentissage et de Pratiques.