Témoignage d’un stagiaire Eclosio en Belgique (2018)

Mon stage en éducation à la citoyenneté mondiale et solidaire chez Eclosio : engagement, diversité et coopération !

Au cours de ma 3e année d’étude en coopération internationale, j’ai réalisé un stage de 3 mois au siège d’Eclosio à Gembloux. Je souhaitais en apprendre plus sur le travail et le fonctionnement d’une ONG comme Eclosio en Belgique. J’ai donc intégré pendant quelques semaines l’équipe d’Éducation à la Citoyenneté Mondiale et Solidaire (ECMS).

J’ai connu Eclosio via son site internet et ses publications. En les lisant, j’ai tout de suite adhéré à sa vision. Cela avait du sens pour moi de faire mon stage dans une ONG avec laquelle je partageais les mêmes valeurs et centres d’intérêts, comme le soutien à l’agriculture durable et la souveraineté alimentaire. J’ai pu découvrir plus concrètement Eclosio lors d’une première activité à laquelle j’ai assisté avant le début de mon stage : les Equi-tables. J’ai trouvé cette soirée très intéressante, les participant-e-s ont pu discuter avec des producteur-trice-s de la région ou d’autres pays autour de sujets liés à l’agriculture durable, de leur parcours et des difficultés qu’ils rencontraient. Tout cela dans une ambiance conviviale. C’était un chouette premier contact avec Eclosio.

Ensuite j’ai commencé mon stage et j’ai tout de suite apprécié l’ambiance de travail. Il y a une dizaine de personnes qui travaillent au siège d’Eclosio en Belgique, dont trois en ECMS. J’ai été très bien accueillie par toute l’équipe et chacun·e a pris le temps de m’expliquer son travail. Quant à l’équipe ECMS, elle s’est toujours montrée très disponible envers moi et j’ai pu progresser grâce à leurs remarques constructives. Je me suis sentie écoutée et libre de donner mon avis tout au long du stage.

J’ai travaillé sur différentes activités d’éducation citoyenne, et sur la communication qui accompagnait ces activités. J’ai pu mettre en pratique ce que j’avais appris en cours de gestion de projet, et j’ai appris de nouvelles choses, notamment dans le domaine de la communication que je connaissais peu.

Concrètement, j’ai travaillé sur le projet Jagros, « jeunes agros et souveraineté alimentaire » qui vise à sensibiliser les étudiant-e-s des Hautes Écoles agronomiques wallonnes aux enjeux liés à la souveraineté alimentaire. Eclosio, en partenariat avec SOS Faim et Vétérinaires Sans Frontières, a organisé une grande journée de sensibilisation pour toutes les premières années de ces Hautes Écoles. Au programme : une conférence, une pièce de théâtre, des ateliers avec différentes associations et des rencontres avec des acteur-trice-s de l’agriculture durable. J’ai pu aider à l’organisation, à l’installation des lieux, la gestion du temps et à l’évaluation de la journée. J’ai trouvé le projet Jagros très intéressant et j’en ai beaucoup parlé dans mon travail de fin d’études. C’est un projet qui va de l’information à la mobilisation puisque les étudiant-e-s peuvent s’impliquer dans les groupes relais  « Jagros » de leur école et lancer leurs propres projets en lien avec la souveraineté alimentaire.

Ensuite, j’ai participé à la campagne « Campus Plein Sud ». Chaque année au mois de mars, les ONG universitaires comme Eclosio organisent cette campagne de sensibilisation dans chaque campus. Cette année, la campagne s’intéressait à la thématique des migrations, dont les enjeux sont au cœur de l’actualité. Dans ce cadre, Eclosio a organisé plusieurs activités destinées aux étudiant-e-s et/ou au public gembloutois. En tant que stagiaire, je soutenais l’équipe ECMS dans l’organisation de ces activités et j’ai même pu en organiser une par moi-même.

Ce qui m’a plu, c’est qu’Eclosio travaille beaucoup avec des acteur-trice-s relais, comme les bénévoles ou les groupes d’étudiant-e-s qui lancent leurs propres projets. Eclosio est là pour les guider, les soutenir et les former si besoin. J’ai trouvé ça super d’animer le stand d’Eclosio au festival alternatif Vagafestoch’, et d’animer le débat mouvant sur l’économie circulaire que nous avons créé avec les bénévoles.

Toujours avec l’aide des bénévoles, nous avons organisé une « disco soupe » à la fête du développement durable, qui consiste à utiliser les invendus des magasins pour les cuisiner ensemble et ainsi sensibiliser le public au gaspillage alimentaire.

Sur mes trois mois de stage, j’ai donc pu participer à une grande diversité d’activités d’information, de sensibilisation et de mobilisation, autour de sujets très variés. C’est ce qui a fait toute la richesse de mon stage.

 

D’autres éléments spécifiques à Eclosio ont rendu mon stage très enrichissant, par exemple, le fait que l’ONG soit si proche de l’Université de Liège-Gembloux Agro-bio tech, une place de choix pour sensibiliser les étudiant-e-s à des problématiques comme l’agriculture durable et la souveraineté alimentaire. J’ai apprécié le fait que souvent, Eclosio ne travaille pas « seul » mais plutôt en collaboration avec des associations qui partagent ses valeurs, que ce soit avec les autres ONG universitaires (UniverSud, Louvain Coopération, ULB Coopération, FUCID) ou avec les associations gembloutoises (Ekikrok, Agricovert), et bien d’autres encore. J’ai ainsi pu découvrir de nombreuses associations et comprendre qu’en fait, beaucoup sont liées et travaillent dans le même sens. J’ai maintenant une vision plus concrète du réseau associatif belge, plus particulièrement dans le domaine de l’agriculture durable, et cela m’a permis de continuer à m’impliquer dans plusieurs associations après mon stage.

Marie Bertholet