UPSCALE

Eclosio et ses partenaires mettent en œuvre le Projet UpScale (Upgrading Strategy for Small-Scale Cambodian Farmers). Celui-ci promeut la souveraineté alimentaire à travers la création de conditions favorables à une agriculture durable dans laquelle paysannes et paysans ont accès à des revenus décents et peuvent défendre leurs droits et intérêts.

 

Malgré le développement socio-économique de ces dix dernières années, les problèmes de pauvreté et d’inégalité restent un défi de taille au Cambodge. En prenant en compte le taux de pauvreté multidimensionnel des Nations unies, on constate une amélioration au Cambodge. Celui-ci est passé de 46,8% de la population en 2011 à 33,8% en 2014. Durant la même période, cet indice est ainsi passé de 0,211 à 0,150. Toutefois, le Cambodge reste classé 143e sur 187 pays (2015) dans l’indice de développement humain des Nations unies, une situation exacerbée par la croissance des inégalités. Ainsi, si des progrès peuvent être observés, une grande part de la population (83%) reste vulnérable à la pauvreté au point que des évènements a priori négligeables peuvent suffire à renvoyer de nombreux·ses Cambodgien·ne·s dans la pauvreté. La majeure partie de la population (80%) vit en zone rurale et plus de la moitié (55%) vit de l’agriculture. La plupart des productions agricoles sont réalisées sur des fermes familiales possédant moins de 0,5 Ha, ce qui est considéré comme la surface minimale pour atteindre les besoins nutritionnels de base des familles.

(1) Depuis son ouverture au monde extérieur à la fin de deux décennies de conflits internes, une grosse partie de la riziculture cambodgienne a été intégrée dans des filières modernes du Vietnam ou de Thaïlande très fortement dépendantes d’intrants chimiques. Afin de maintenir le rendement des récoltes, le recours à ceux-ci est croissant dans certaines régions du pays. Toutefois, le prix final des productions n’augmente pas de concert. Par conséquent, le revenu des paysans baisse. Au-delà de la perte de revenus, ces intrants chimiques ont des effets directs sur la santé, l’environnement et la qualité des produits. Selon les standards établis en juillet 2014 par l’OMS et la FAO, 1kg de riz ne devrait pas contenir plus de 0,2mg d’arsenic. Toutefois, en zone de Kandal, par exemple, certains échantillons peuvent atteindre 0,649mg d’arsenic par kg de riz. Ainsi, l’Union Européenne a imposé au Cambodge tout une série de mesures pour réduire les taux de résidus chimiques, comme l’arsenic et le tricyclazole, présents dans le riz. Il est évident que le Cambodge a besoin de solutions durables pour ses systèmes de production agricole ;

(2) l’accès à des crédits abordables est un autre défi de la paysannerie cambodgienne. Les prêteurs informels recourent à des taux d’intérêts allant de 3 à 5% par mois, ce qui est bien souvent inaccessible pour les acteurs du secteur agricole. Les institutions de microfinance (MFI) formelles, quant à elles, recourent à des prêts ayant un taux moyen de 1,3% par mois. Ceux-ci sont conditionnés à la mise en caution de garanties foncières, ce qui rend également difficile l’emprunt pour les coopératives agricoles, celles-ci n’ayant que peu de possessions à mettre en garantie ;

(3) le manque d’accès aux marchés et de subvention gouvernementale rendent les produits agricoles vulnérables aux fluctuations des prix agricoles internationaux. Les organisations paysannes manquent en général des capacités et compétences entrepreneuriales pour s’inscrire dans des activités commerciales ;

(4) le manque d’intérêt et la modeste participation des jeunes à l’agriculture entraîne une faible productivité du secteur et soulève la question de la durabilité de celui-ci ;

(5) il n’y a que peu de modèles de développement scientifiques adaptés aux contraintes locales et les capacités de recherche des universités Cambodgiennes sont très limitées ;

(6) les coopératives agricoles ne sont pas encore suffisamment fortes et développées que pour professionnellement servir les intérêts de leurs membres.

Notre Action

Eclosio au Cambodge soutient les ménages de la petite agriculture familiale afin d’améliorer leurs conditions de vie et de leur permettre de vivre dignement de leur activité agricole. Pour ce faire, nous promouvons la souveraineté alimentaire, des conditions de vies acceptables dans les zones rurales, renforçons les rôles de leadership des femmes dans leurs communautés, et encourageons les jeunes à ne pas émigrer en s’engageant dans l’agriculture. L’objectif spécifique du projet UpScale est de générer un revenu décent afin de leur permettre de rester au-dessus du seuil de pauvreté.

 

 

 

Durée du projet: 5 ans, de 2017 à 2021

Partenaires opérationnels:

  • Louvain Cooperation (L-D)
  • Department of Agriculture Cooperative Promotion (DACP) of the Ministry of Agriculture, Forestry, and Fisheries (MAFF)
  • The Federation of Cambodian Farmer Organizations for Development (FCFD)

Personne de contact:

Mr. Sothet Chhay

Program Manager

Email: Sothet.chhay@eclosio.ong

Tel: (855) 16 749 579